5 étapes pour une gestion réussie du désengagement

5 étapes pour une gestion réussie du désengagement

Le désengagement en cours est un problème majeur puisqu’il affecte l’apprentissage. Tous les enseignants savent à quel point il est frustrant de devoir gérer les perturbations. 

Voici six façons pour les enseignants de gérer avec succès ce comportement :

 

1. Penser de manière proactive

Certains enseignants adorent les avantages de commencer chaque journée en étant plus proactif dans leur approche de la gestion de classe. Accueillir chaque élève à la porte comme une méthode de connexion avec eux est un excellent exemple.

Établissez les règles de la classe avec les élèves et gardez votre calme en tout temps.

Une autre excellente astuce consiste à présenter l’ordre du jour de la journée ou une liste de choses à faire pour que les élèves sachent ce qu’ils sont censés faire à tout moment.

 

2. Optimiser leur environnement

Une salle de classe peut être conçue de manière à susciter l’intérêt des élèves et à améliorer leur concentration.

Pour minimiser les distractions, vous pouvez modifier la disposition des sièges et opter pour des dispositions en U, des bureaux pour les discussions de groupe ou des meubles flexibles qui leur permettent de passer rapidement d’une activité à une autre.

 

3. Utiliser des rappels

Les enseignants qui réussissent à gérer les perturbations emploient un ensemble de techniques pour que les élèves soient plus attentifs. Ils savent que la concentration des élèves diminue au fil du temps et que ce n’est pas leur faute.

Par exemple, vous pouvez leur faire des rappels verbaux. Ceux non-verbaux fonctionnent tout aussi bien, qu’il s’agisse de régler un son sur votre téléphone ou de choisir un geste de la main qui signale qu’il est temps de retourner à la tâche.

 

4. Évaluer l’activité

Il est difficile de proposer quelque chose de nouveau tous les jours. Et, comme les enseignants aiment à le rappeler parfois, ils ne sont pas là pour divertir les élèves. Bien que cela soit vrai, il arrive que l’activité ne soit pas la meilleure pour ce que vous essayez d’accomplir. 

Dans ce cas, vous pouvez ajuster vos stratégies d’enseignement pour mieux faire participer les élèves. Par exemple, une étude suggère que les élèves sont plus susceptibles d’être à la tâche lors d’activités en petits groupes plutôt que lors d’un enseignement en groupe entier.

 

5. Superviser activement les élèves

La supervision active n’est pas quelque chose dont seuls les petits enfants ont besoin. Cela aide également les enfants plus âgés à se concentrer lorsque vous vous tenez simplement à côté d’eux plus souvent.

Bien sûr, cela signifie également utiliser un langage corporel plus ouvert, en établissant un contact visuel et en souriant. Lorsqu’un élève est particulièrement perturbateur, ne l’isolez pas. Au lieu de cela, amenez-le à s’asseoir près de vous ou devant la classe.

Tags :

Partager :